Quelles sont les meilleures conditions pour assurer l’ergonomie du poste de travail ?

1 décembre 2021by R
Ergonomie du poste de travail

L’ergonomie du poste de travail correspond à l’adaptation des conditions de travail aux capacités physiques et aux besoins des salariés. Elle va ainsi s’intéresser au contenu et à l’environnement de travail (comme les moyens mis à disposition, lieux de travail ou encore les missions confiées).

Le confort en entreprise a une influence positive directe sur l’efficacité, le bien-être et la santé des collaborateurs, il est donc nécessaire de s’assurer de la qualité de cet espace. De plus, les nouvelles méthodes de travail, engendrées par la crise sanitaire, ont eu des conséquences brutales sur les conditions d’ergonomie au travail.
Comment s’assurer du confort des collaborateurs en entreprise ?

1)   Adaptation des espaces de travail en entreprise

Dans un premier temps, le Code du Travail met en évidence les obligations de l’employeur dans l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs. Il doit évaluer les risques et mettre à jour son Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) récemment renforcé par la loi santé au travail.
S’assurer de l’ergonomie du poste de travail – (l’étude scientifique entre l’Homme et ses outils de travail) permet de garantir des conditions optimales et adaptées au bien-être des collaborateurs.

L’ergonomie peut se décliner en trois aspects :

  • physique (postures au travail, manipulation d’outils),
  • organisationnelle (la façon dont est organisée l’activité à l’échelle de l’individu et du collectif)
  • cognitive (processus mentaux des salariés tels que la perception et la mémoire).

Dans l’évaluation de la qualité des espaces de travail, l’employeur doit veiller à mettre en place des conditions adaptées pour les salariés et donc mieux évaluer la conception de ses locaux de travail.

Le choix d’éclairage au poste de travail

L’éclairage en entreprise doit être le plus naturel possible, gage de confort et doit permettre la sécurité des collaborateurs. Faire le choix d’une lumière suffisante est essentiel pour éviter la fatigue visuelle ou encore les éventuels accidents de travail.
Pour l’employeur, le choix des appareils d’éclairage est important. Il est tenu de respecter les bases réglementaires suivantes :

  • assurer un éclairage suffisant,
  • éviter l’éblouissement ou les contrastes trop importants dans le champ visuel,
  • tenir compte des caractéristiques des opérateurs,
  • assurer un rendu des couleurs compatible avec les tâches à accomplir.

En effet, l’éclairage doit permettre de faciliter l’exécution des tâches et doit permettre d’anticiper les éventuels risques.

La qualité de l’air au travail

La qualité de l’air représente également un enjeu et une obligation pour l’employeur.
Les employés passent en moyenne 7 heures en entreprise et de nombreux éléments, comme les appareils bureautiques, les produits d’entretien utilisés ou les polluants présents, peuvent impacter la qualité de l’air. En effet, elle peut avoir des répercussions sur la santé (allergies ou encore somnolences) mais également sur la qualité du travail (absentéisme ou baisse de la productivité). Il faut alors tenir compte des enjeux environnementaux en faisant le choix, par exemple, de bons systèmes de ventilation ou encore en contrôlant les sources d’émission de polluants.

Ambiance et confort thermique au travail

Les employeurs ont l’obligation légale d’assurer le confort thermique des travailleurs, qui est un facteur environnemental essentiel. La caractéristique thermique est soumise à une réglementation et peut être facilitée par une approche préventive et organisationnelle.

Chaque salarié, tout secteur confondu, fait face aux conditions thermiques qui varient en fonction des saisons, et ces dernières peuvent être responsables des risques suivants : contact d’une source de chaleur pouvant provoquer des brûlures ou encore l’exposition au froid qui peut avoir des répercussions sur la qualité du travail ou provoquer des accidents comme l’hypothermie ou le choc thermique.
Ainsi, l’évaluation doit prendre en considération les risques liés à la température.

2)   Ergonomie du poste et télétravail

L’adaptation des espaces de travail est donc essentielle pour assurer le confort des collaborateurs. Le télétravail a mis en évidence de nouvelles problématiques d’ergonomie du poste de travail. En effet, il est plus simple pour l’employeur de l’évaluer en entreprise car il est difficile de penser et de concevoir les espaces de travail à distance. Il est pourtant nécessaire d’y porter attention car cela peut également engendrer de gros risques sur la santé.

Le télétravail ne peut être déployé de façon similaire chez tous les collaborateurs d’une entreprise car cela va dépendre des moyens et outils de chacun. Il est important pour l’employeur de prendre connaissance des moyens dont disposent ses collaborateurs pour effectuer leurs tâches à distance.

La posture à adopter

Pour les employés qui travaillent en position assise, bien que cela n’exige pas une très forte mobilisation musculaire, il est nécessaire d’adopter les bons gestes. En effet, le maintien de cette position sur une longue durée peut avoir des conséquences dangereuses sur la santé mais également sur la sécurité :

L’aspect sédentaire de cette position a une influence directe sur la circulation sanguine et peut également avoir des conséquences sur la santé mentale, le diabète, les maladies cardiovasculaires. Il est nécessaire d’informer sur la bonne posture en position assise. La position ne doit ni nuire à la bonne circulation du sang ni à la respiration. L’ergonomie du poste de travail mise en place doit prévenir ces risques. Il est notamment recommandé de changer de posture et de se dégourdir les jambes quelques minutes toutes les 30 minutes.

Aménagement du poste de travail : trouver la bonne chaise

Le confort de l’espace de travail peut également être optimal en télétravail. Dans un premier temps, utiliser un siège optimal est nécessaire.
Il existe des chaises ergonomiques conçues pour tous mais une chaise sera considérée ergonomique qu’en étant adaptée à la taille du travailleur en question, à ses tâches et son poste de travail.
Pour faire le choix d’un bon siège, il va falloir tenir compte de plusieurs éléments :

  • le réglage,
  • la hauteur,
  • le dossier,
  • la profondeur,
  • la largeur,
  • l’angle,
  • la surface,
  • l’appuie-bras
  • la stabilité

Une bonne chaise peut permettre de traiter certaines problématiques ergonomiques liées à la position assise car cela permet de maintenir un bon équilibre. Cependant, il appartient aux salariés informés des bonnes pratiques d’adopter une bonne posture.

Les meilleures conditions pour assurer l’ergonomie du poste de travail vont ainsi d’abord concerner la bonne évaluation des risques puis la prévention en entreprise et en télétravail.

 

Téléchargez notre infographie sur la loi santé au travail et ses impacts sur le DUERP

R

https://svp-travail-organisation.com/wp-content/uploads/2020/09/SVPTO_logo.png

SVP Travail & Organisation est une filiale du groupe SVP.

https://svp-travail-organisation.com/wp-content/uploads/2020/09/SVPTO_logo.png

SVP Travail & Organisation est une filiale du groupe SVP.

NOUS CONTACTER
3, rue Paulin Talabot - 93 400 Saint-Ouen
NOUS SUIVRE
MENTIONS LÉGALES & POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ
AGRÉMENTS & CERTIFICATIONS

Copyright by BoldThemes. All rights reserved.